Les scientifiques ont montré lors d’expériences en laboratoire qu’une augmentation de la température de 37 à 40 degrés Celsius augmentait le taux de résistance pour deux antimicrobiens, tandis que pour un troisième antimicrobien, une température plus élevée diminuait le taux de résistance. Si ces résultats peuvent être reproduits chez des patients humains, le contrôle de la fièvre pourrait constituer un nouveau moyen de freiner l’émergence de la résistance aux antibiotiques.



Source