Des chercheurs de l’Université de Jyväskylä, en Finlande, développent actuellement des surfaces antivirales pour freiner la propagation des maladies infectieuses. Une étude récente a révélé qu’un ingrédient résineux est efficace contre les coronavirus et réduit considérablement leur pouvoir infectieux sur les surfaces en plastique.

Les virus peuvent rester sur des surfaces solides pendant de longues périodes, ce qui peut entraîner un risque accru d’infection. Le groupe de recherche du professeur de biologie cellulaire et moléculaire Varpu Marjomäki de l’université de Jyväskylä étudie comment différentes surfaces et matériaux pourraient réduire la propagation des maladies virales. Par exemple, ils étudient la durée de survie des coronavirus sur différentes surfaces, à différentes températures et humidités.

« Ces informations bénéficieraient directement aux consommateurs et à l’industrie. Les fonctions antivirales pourraient être utilisées, par exemple, dans les restaurants, les jardins d’enfants, les transports publics et les magasins sur diverses surfaces où les virus peuvent rester longtemps infectieux et se propager facilement », explique le professeur Varpu Marjomäki de l’université de Jyväskylä.

Surfaces en plastique avec fonctionnalité antivirale

Les chercheurs du Centre de nanosciences de l’Université de Jyväskylä ont examiné les surfaces en plastique incrustées de résine contre le coronavirus humain saisonnier et le virus SARS-CoV-2.

« Dans notre récente étude, nous avons constaté que les virus restaient infectieux pendant plus de deux jours sur des surfaces en plastique qui n’étaient pas du tout traitées. En revanche, une surface en plastique contenant de la résine a montré une bonne activité antivirale dans les quinze minutes de contact et une excellente efficacité après trente minutes.  » « Le plastique traité avec de la résine est donc un candidat prometteur pour une surface antivirale », explique Marjomäki.

Projet de coopération de recherche avec Premix Oy

La recherche fait partie du projet BIOPROT (Développement de matériaux biosourcés et antimicrobiens et utilisation comme équipement de protection) financé par Business Finland et a été réalisée en collaboration avec la société finlandaise Premix Oy.

« Le projet vise à étudier les solutions antivirales existantes et à en développer de nouvelles en collaboration avec des entreprises telles que Premix Oy. Cela aidera à développer de nouveaux produits pour les futures pandémies et épidémies », déclare Marjomäki.

Nouveaux matériaux biosourcés et antimicrobiens dans les équipements de protection

Au total, six universités et instituts de recherche ainsi que plusieurs entreprises sont impliquées dans le projet BIOPROT. Le projet est coordonné par l’Université LUT et vise à développer de nouvelles solutions matérielles durables et sûres utilisées dans la lutte contre les infections, avec un accent particulier sur les respirateurs et les masques chirurgicaux, ainsi que les masques réutilisables à usage industriel. On espère également que le projet améliorera l’autosuffisance en produits et matériaux en Europe. À l’Université de Jyväskylä, le projet dirigé par Marjomäki développe des matériaux antiviraux d’origine biologique.

« Des antiviraux efficaces et d’origine naturelle sont disponibles en Finlande et pourraient être utilisés pour fonctionnaliser les masques et les surfaces. Il n’existe actuellement que quelques solutions fonctionnelles biosourcées disponibles, nous avons donc la chance d’être des pionniers dans ce domaine », déclare-t-il Marjomäki.



Source