L’édition génétique CRISPR/Cas9 a permis diverses expériences biomédicales, notamment des études dans lesquelles les gènes des cellules cancéreuses sont systématiquement désactivés pour rechercher les gènes dont les cellules cancéreuses dépendent fortement pour leur survie et leur croissance. Ces gènes ou « addictions au cancer » sont souvent des cibles prometteuses pour les médicaments. Mais de nouvelles recherches montrent que bon nombre de ces expériences de dépistage CRISPR reposent sur des composants appelés guides CRISPR/Cas9, qui ne fonctionnent pas aussi bien dans les cellules de personnes de toutes origines, ce qui peut amener les dépistages CRISPR à ignorer les dépendances au cancer.



Source