Pour les femmes primipares nécessitant un accouchement assisté par dépression, une épisiotomie latérale (incision angulaire) dans le tissu entre les ouvertures vaginale et anale réduit de plus de moitié le risque de lésion obstétricale du sphincter anal, une forme grave de traumatisme périnéal entre la vulve et l’anus. . C’est ce qui ressort d’un essai clinique randomisé mené par des chercheurs du Karolinska Institutet et de l’hôpital Stockholm Danderyd, dont les résultats ont été publiés dans Le BMJ.

Les lésions obstétricales du sphincter anal (OASI), qui affectent les muscles du sphincter anal, peuvent entraîner une incontinence anale avec difficulté à retenir les gaz et les selles. Cela peut également entraîner des problèmes sexuels et affecter la qualité de vie. Cette forme grave de lésion périnéale touche environ cinq pour cent de toutes les primipares en Suède qui accouchent par voie vaginale.

Les femmes qui accouchent pour la première fois et qui nécessitent un accouchement artificiel courent le plus grand risque de souffrir de l’AVS. Par conséquent, nous avons voulu évaluer si une telle blessure pouvait être évitée dans ce groupe en réalisant une épisiotomie latérale (incision angulaire dans le périnée) lorsque la tête du bébé se couronne.

Sophia Brismar Wendel, professeure agrégée d’obstétrique et de gynécologie au Département des sciences cliniques, Hôpital Danderyd, Karolinska Institutet et consultante principale au Département de santé des femmes, Hôpital Danderyd

Les participants ont été recrutés pour l’étude EVA (Episiotomy in Vacuum Assisted Delivery) dans huit hôpitaux suédois entre 2017 et 2023. Plus de 6 100 femmes enceintes attendant leur premier enfant ont accepté de participer si l’accouchement nécessitait une assistance par aspiration. Au total, 702 femmes subissant un accouchement assisté par dépression ont été réparties au hasard pour recevoir une épisiotomie latérale ou aucune épisiotomie.

L’épisiotomie latérale a réduit le risque d’OASI de 53 pour cent en moyenne. Parmi les femmes affectées à l’intervention, 6,1 pour cent souffraient d’AVS, contre 13,1 pour cent dans le groupe de comparaison. De plus, la procédure n’a pas augmenté le risque de perte de sang grave, d’expériences d’accouchement défavorables, de séjour prolongé à l’hôpital ou de complications supplémentaires. Cependant, le risque de complications de la plaie, telles qu’une infection et une déhiscence de la plaie, était augmenté dans le groupe épisiotomie.

“L’épisiotomie en tant qu’acte médical est controversée car elle était autrefois également utilisée lors d’accouchements normaux, parfois sans le consentement de la femme”, explique Sophia Brismar Wendel. « Le recours à l’épisiotomie varie considérablement selon les pays et, en Suède, nous avons pratiqué une utilisation restrictive en raison d’un manque de preuves. Cependant, ces résultats pourraient avoir un impact sur les soins obstétricaux en Suède et ailleurs.

L’étude recueille également des données sur les symptômes déclarés par les femmes à un et cinq ans après l’accouchement. Les résultats de suivi à un an seront bientôt évalués, ce qui pourrait faire la lumière sur d’éventuelles différences dans les symptômes tels que l’incontinence anale et la fonction sexuelle.

“Cela peut aider les médecins et les femmes enceintes à prendre une décision commune concernant le recours à une épisiotomie latérale prophylactique”, explique Sophia Brismar Wendel.

Les hôpitaux participant à l’étude EVA sont l’hôpital universitaire d’Umeå, l’hôpital Falun, l’hôpital universitaire d’Uppsala, l’hôpital Danderyd, l’hôpital général de Stockholm Sud (Söder), l’hôpital central de Växjö, l’hôpital universitaire Sahlgrenska – östra et l’hôpital Helsingborg. L’étude a été principalement financée par le Conseil suédois de la recherche, la région de Stockholm et le Conseil régional de la recherche d’Uppsala-örebro.

Source:

Référence du magazine :

Bergendahl, S., et coll. (2024). Épisiotomie latérale ou pas d’épisiotomie lors de l’accouchement assisté par dépression chez les femmes nullipares (EVA) : essai contrôlé randomisé multicentrique, ouvert. BMJ. est ce que je.org/10.1136/bmj-2023-079014



Source