Des chercheurs de l’Université McMaster et de la société pharmaceutique danoise ALK-Abello A/S ont fait une découverte révolutionnaire : une nouvelle cellule qui se souvient des allergies.

Cette découverte offre aux scientifiques et aux chercheurs une nouvelle cible dans le traitement des allergies et pourrait conduire à de nouvelles thérapies. L’étude, publiée le 7 février 2024 dans Science Translational Medicine, appelle la nouvelle cellule une cellule B mémoire de type 2 (MBC2).

«Nous avons découvert un type de cellule B mémoire qui possède des propriétés uniques et une signature génétique unique qui n’a jamais été décrite auparavant», explique Josh Koenig, professeur adjoint à la McMaster School of Medicine et co-responsable de l’étude. « Nous avons constaté que les personnes allergiques avaient ces cellules B mémoire de leur allergène, mais que les personnes non allergiques en avaient très peu, voire aucune. »

Les lymphocytes B sont un type de cellule immunitaire qui produit des anticorps. Ces cellules aident à combattre les infections, mais peuvent également déclencher des allergies.

« Disons que vous êtes allergique aux cacahuètes. Votre système immunitaire se souvient que vous êtes allergique aux arachides à cause de MBC2, et lorsque vous rencontrez à nouveau des arachides, il crée davantage d’anticorps qui vous rendent allergique », explique Koenig.

Pour arriver à cette découverte, les chercheurs ont créé des tétramères – un type de molécule fluorescente – à partir d’allergènes tels que le pollen de bouleau et les arachides pour localiser les cellules B mémoire difficiles à trouver. Koenig et son équipe ont précédemment écrit les instructions pour utiliser des tétramères pour localiser ces cellules insaisissables.

De plus, les chercheurs ont utilisé des échantillons issus d’essais cliniques ALK avec immunothérapie sublinguale sous forme de comprimés, qui permettent le séquençage d’un grand nombre de cellules B productrices d’IgE. En utilisant des technologies de pointe telles que la transcriptomique unicellulaire et le séquençage en profondeur du répertoire de gènes d’anticorps d’échantillons d’essais cliniques, ils ont pu établir des liens directs entre MBC2 et IgE, le type d’anticorps qui déclenche la réaction allergique. Cela a fourni le contexte nécessaire qui a finalement révélé que MBC2 était le foyer des allergies.

« Bien que les allergies soient la maladie la plus répandue dans le monde, on ne comprend pas encore pleinement comment les allergies surviennent et se transforment en une maladie permanente. Trouver les cellules qui stockent la mémoire des IgE est une avancée importante et un facteur crucial dans notre compréhension.  » « Quelles sont les causes des allergies et comment un traitement tel que l’immunothérapie allergique peut-il changer la maladie », déclare Peter Sejer Andersen, vice-président principal et responsable de la recherche. une conversation. Sejer Andersen a dirigé l’étude avec Koenig.

La découverte de MBC2 offre aux scientifiques et aux chercheurs une nouvelle cible dans le traitement des allergies et pourrait conduire à de nouvelles thérapies.

«La découverte met vraiment en évidence deux approches thérapeutiques potentielles que nous pouvons poursuivre», explique Kelly Bruton, qui a dirigé la recherche avec Koenig en tant qu’étudiante au doctorat à McMaster. Bruton est maintenant chercheur postdoctoral à l’Université de Stanford.

« La première est de cibler ces MBC2 et de les éliminer chez une personne allergique. L’autre option pourrait être de modifier leur fonction et de leur faire faire quelque chose qui ne soit finalement pas nocif lorsque la personne est exposée à l’allergène.

Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre et, à terme, développer des traitements, mais la découverte de MBC2 offre un nouvel espoir aux personnes touchées par les allergies alimentaires.

« C’est le genre de découvertes qu’il faut vraiment faire pour développer les bons traitements qui bloquent les bonnes cellules et stoppent la maladie », explique Koenig.

La recherche a également été codirigée par Niels Peter Knudsen et Allyssa Phelps. Koenig attribue également à Manel Jordana, professeur de médecine à l’Université McMaster, le rôle déterminant dans cette découverte.

Le financement de la recherche a été fourni par l’Institut de recherche en allergie et immunologie Schroeder, Allergie alimentaire Canada, ALK Abelló A/S, la famille Zych, la famille Satov, la Fondation canadienne d’allergie, d’asthme et d’immunologie et la bourse postdoctorale Irvington de l’Institut de recherche sur le cancer.



Source