Dans des études utilisant des souris génétiquement modifiées, les chercheurs affirment avoir identifié une nouvelle cible biologique potentielle impliquant Aplp1, une protéine de surface cellulaire qui entraîne la propagation de l’alpha-synucléine responsable de la maladie de Parkinson.



Source