Une nouvelle étude a révélé que les jeunes adultes qui présentent des niveaux plus élevés d’inflammation associés à l’obésité, à l’inactivité physique, aux maladies chroniques, au stress et au tabagisme peuvent souffrir d’une fonction cognitive réduite à la quarantaine.



Source