Du travail à l’école en passant par les réunions sociales, le COVID-19 a touché presque tous les domaines de notre vie – et maintenant des recherches de l’Université de Boston montrent que cela inclut ce qui se passe dans la chambre à coucher. Une étude portant sur plus de 2 000 femmes cisgenres a révélé que la maladie à coronavirus peut affecter la fonction sexuelle, la COVID longue étant particulièrement dommageable.

Si vous avez le COVID, vous êtes probablement moins intéressé par le sexe et votre corps est peut-être moins préparé au sexe. Mais ce qui pourrait surprendre certaines personnes, c’est que les symptômes persistants du COVID peuvent en réalité avoir un impact physiologique et psychologique sur le bien-être sexuel des femmes.


Amelia M. Stanton, professeur adjoint de psychologie et de sciences du cerveau au BU College of Arts & Sciences

Bien que des recherches antérieures aient examiné l’impact de la pandémie sur la vie sexuelle des gens – en particulier des hommes – Stanton affirme qu’il s’agit de la première étude à mettre en évidence l’impact à long terme du COVID sur la santé sexuelle des femmes. Experte en santé sexuelle et mentale, elle a contribué à diriger l’étude avec des chercheurs du Middlebury College, de l’hôpital McLean et de l’Université du Vermont. Les résultats ont été récemment publiés dans le Journal de médecine sexuelle.

COVID long et dysfonctionnement sexuel

Pour découvrir quel impact COVID a sur l’intimité, Stanton et ses collègues ont mené une enquête en ligne. Environ la moitié des femmes qui ont participé ont déclaré qu’elles n’avaient jamais eu le COVID, et les autres ont déclaré avoir été testées positives. Les participantes ont été interrogées à l’aide du Female Sexual Function Index (FSFI), un outil bien établi qui mesure des facteurs tels que l’excitation et la satisfaction, avec des questions telles que « À quelle fréquence avez-vous eu un désir sexuel au cours des 4 dernières semaines ? » Seules les femmes ont été incluses. dans les résultats qui ont eu des relations sexuelles au cours du mois précédent.

Ceux qui ont eu le COVID avaient des niveaux globaux de désir, d’excitation, de lubrification et de satisfaction inférieurs à ceux qui ne l’ont pas eu ; Les scores d’orgasme et de douleur ne différaient pas significativement entre les deux groupes. Mais alors que les femmes du groupe COVID étaient toujours classées dans la plage fonctionnelle de l’indice, les participantes atteintes d’un long COVID « avaient un score FSFI complet moyen dans la plage des dysfonctionnements », ont déclaré les chercheurs. Ils ont découvert que les femmes atteintes d’un long COVID – une maladie courante avec des symptômes cognitifs et physiques qui durent des semaines, parfois des mois, après une infection initiale – avaient des scores d’excitation, de lubrification, d’orgasme et de douleur nettement pires.

« J’espère que cela le confirme. Si les femmes tapent « Sexe long COVID », quelque chose apparaîtra maintenant », explique Stanton, qui est également psychologue clinicien au Fenway Institute, une clinique de Boston qui se concentre sur la santé des minorités sexuelles et de genre. « Le sexe, la sexualité et la fonction sexuelle sont encore des sujets relativement tabous. Mais cela donne aux patients quelque chose qu’ils peuvent apporter à leurs prestataires et leur dire : « C’est ce que je ressens », et peut-être entamer un dialogue ouvert sur le sexe. »

Dans leur article, Stanton et ses collègues affirment que les résultats suggèrent « que l’infection au COVID-19 peut être associée à une altération des aspects cognitifs et physiologiques de la fonction sexuelle ». Tout comme il peut falloir du temps à votre corps et à votre esprit pour se remettre au travail, à l’étude et à l’exercice, il en va de même pour le sexe. Ils spéculent également que les changements sociétaux plus larges provoqués par la pandémie pourraient être un facteur, avec moins d’événements sociaux et le fait que les enfants traînent à la maison, ce qui limite les possibilités d’activités sexuelles partagées ou en solo.

Parler de sexe

Bien que l’infection au COVID puisse avoir un impact sur la santé sexuelle des femmes, des études antérieures sur l’UB ont montré que la vaccination ne provoque pas d’infertilité, ne réduit pas les chances de grossesse et n’a pas d’impact significatif sur les menstruations.

« La vaccination contre le COVID-19 chez les deux partenaires n’a rien à voir avec la fertilité des couples essayant de concevoir par rapport sexuel », a déclaré Amelia Wesselink, professeure adjointe de recherche en épidémiologie au SPH. Le bord en 2022 lorsqu’elle a parlé de son étude sur les vaccins et la fertilité. Cependant, la même recherche a révélé que les hommes testés positifs au COVID au cours des 60 derniers jours présentaient une fertilité réduite.

Stanton est le chercheur principal du programme sur les disparités en matière de santé sexuelle, reproductive et mentale de la BU – un effort visant à explorer la santé sexuelle et mentale des groupes minoritaires et marginalisés – et affirme que les pistes futures possibles pour le dernier projet incluent l’étude des questions d’étude sur la santé sexuelle et mentale pour élargir le genre. -la diversité des minorités, parler aux femmes de leurs expériences qualitatives et développer des outils pour aider les prestataires à mieux accompagner leurs patients.

«Je suis un interventionniste, donc je pense toujours à la conception d’interventions comme prochaine étape», déclare Stanton. Dans le cadre d’autres recherches, elle travaille au développement de nouvelles approches pour aider les cliniciens à parler de sexualité à leurs patients et étudie comment améliorer le bien-être sexuel et la santé mentale dans les communautés pauvres en ressources.

«J’encourage toujours les prestataires à entamer des conversations sur le sexe», déclare Stanton. « Si vous avez quelqu’un qui vient nous voir avec un long COVID, vous pourriez demander : « Comment allez-vous sexuellement ? Poser cette seule question pourrait ouvrir la porte aux gens qui diraient : « Vous savez, j’ai honte de dire que cela se passe et j’ai vraiment besoin d’aide. » Quoi qu’il en soit, nous pouvons faire comprendre aux gens qu’il y a de l’espoir et des stratégies – votre les symptômes sont significatifs et pertinents, et il est important d’en parler.

Source:

Référence du magazine :

Seehuus, M., et coll. (2023). L’impact du COVID-19 et du Long-COVID sur la fonction sexuelle chez les femmes cisgenres. Le journal de médecine sexuelle. est ce que je.org/10.1093/jsxmed/qdad155.



Source