Selon une nouvelle étude, les sautes d’humeur à court terme, même celles qui ne durent que quelques secondes, modifient profondément la réponse du cerveau aux expériences agréables chez les personnes atteintes de trouble bipolaire.



Source