Anna Rita Cantelmo est une passionnée de la biologie vasculaire et s’efforce de poursuivre la recherche au plus haut niveau. Son objectif était de quitter l’Italie pour la Belgique et la France et de décrypter la biologie des cellules. qui tapissent nos vaisseaux sanguins. En raison de leur préférence pour leur fonction et leur dysfonctionnement, ils étudient les mécanismes de ces cellules pouvant conduire au développement de certaines maladies comme le cancer ou l’artériosclérose. Merci pour le financement que j’ai reçu en 2021, elle a un an et s’est familiarisée avec les premières de ses biologiques.

Anna Rita Cantelmo, Unité Récepteurs nucléaires, métaboliques et cardiovasculaires (Unité 1011 Insérer/Institut Pasteur/Université de Lille/CHU de Lille), à ​​l’institut Pasteur de Lille.

Les cellules endotheliales Ces personnes sont en mesure d’acquérir de nouveaux droits de propriété et d’exercer de nouvelles fonctions. Ce processus de transition, le « processus endothélio-mésenchymateux », est normal et physiologique au cours de la vie embryonnaire, mais n’est plus possible après la naissance : il entraîne un changement de propriété des mains et peut ainsi favoriser certaines maladies. Dans le cas du cancer, par exemple, il facilite la propagation des métastases dans l’organisme via une tumeur primitive existante et permet la perméabilité des cellules cancéreuses qui pénètrent dans la circulation sanguine et adhèrent à la barrière endothéliale et perméable. Ou encore : des approches thérapeutiques dans lesquelles la formation de métastases n’est plus limitée.

À ce moment-là, Anna Rita Cantelmo et son équipe ont effectivement accepté une grande partie de leurs recherches. « Si plusieurs phases d’études se concentrent sur le traitement par cellules invasives de cellules malignes, il est nécessaire de rechercher de nouvelles connaissances permettant de détecter les métastases dans le traitement des cellules endothéliales. », exprime la chercheuse. Grâce au financement Atip-Avenir reçu en 2021 pour ce projet, elle a recruté un postdoctorant et un ingénieur de recherche et a constitué une équipe pour l’agrandissement Pleine : « Dans l’ensemble, mon équipe est très engagéese félicite-t-elle. C’est une atmosphère de travail très stimulante dans laquelle nous pouvons nous lancer dans des explorations originales puisque mes contributeurs contribuent à la compréhension de la biologie vasculaire. Obtenez ce financement prestigieux avec une expertise valide et la crédibilité de ma personne recherchée. Cela m’a permis de développer mon projet et de concevoir de nouvelles collaborations. C’est stressant d’être confronté à une grande responsabilité car je suis responsable de l’équipe, mais il faut aussi que j’en prenne soin tous les jours. »

De la Lombardie aux Hauts-de-France

D’après les études que j’ai rédigées sur les cellules en culture, l’équipe a identifié sous les yeux et déjà les acteurs impliqués dans les parcours liés au contrôle du calcium et au métabolisme cellulaire lâche et perméable. Ces premières n’ont eu lieu qu’en juillet 2026. Nous avons tous pu confirmer nos résultats et attendons avec impatience notre recherche », dit Anna Rita Cantelmo. Ils ont d’abord cherché à valider ces résultats in vivo Sur un modèle animal et sur la peau des patients. Cette étape importante est une voiture importante pour la semaine prochaine, « Les effets de la transformation diffusion endothéliale de tous types de tumeurs solides Fait l’objet de Controverses dans la communauté scientifique », précise-t-elle. Par la suite, ce travail servira de base à l’étude d’autres maladies : « Le dysfonctionnement vasculaire de la paroi se produit lors du durcissement des artères et d’autres maladies du système cardiovasculaire. Nous aimerions étudier les mécanismes cellulaires particuliers qui favorisent ce développement. »

Je crois que la biologie vasculaire est désormais au centre de leurs préoccupations : c’est ce sujet dont j’avais besoin lors de mon doctorat en Italie. Cette passion naissante était déjà née fils de l’ambition et parlait plus que magnifiquement : « J’ai réalisé que le niveau de recherche et les opportunités qui s’offraient à moi n’étaient pas suffisants parce que mon argent était suffisant. » Elle est actuellement basée en Belgique pour étudier le métabolisme des cellules tumorales endothéliales côtières par Peter Carmeliet. J’ai eu l’opportunité d’obtenir un financement qui me permettrait d’être indépendant et de poser ses valises à Lille, ou son travail s’est terminé avec les travaux dirigés par Bart Staels. « Mon propre matériel de recherche correspond à ce que je recherche : une flexibilité assurée dans les méthodes de travail et la possibilité de l’appliquer au fur et à mesure de son apprentissage dans différents contextes pathologiques. Cela a répondu à mon désir d’étudier des problèmes complexes et difficiles et de contribuer à l’état des connaissances. »


Anna Rita Cantelmo a dirigé une équipe d’unité Récepteurs nucléaires, maladies métaboliques et maladies cardiovasculaires