Grâce à une nouvelle méthode de calcul développée par des physiciens, le risque de mort subite d’origine cardiaque peut être estimé à partir d’une mesure de la fréquence cardiaque au repos d’une minute. L’étude a été réalisée dans le cadre d’une collaboration interdisciplinaire entre la cardiologie et la physique computationnelle.



Source