Il s’agit d’un premier triplex impliquant la culture de tumeurs organoïdes Biopsies Le cancer est triple négatif. Mais : tester les propriétés de ces « tumoroïdes » et proposer aux patients un traitement personnalisé.

Un article paru dans le magazine Inserm n°60

La révolution de la médecine de précision est en marche. Aujourd’hui, plus de 100% des maladies, dont le cancer, sont touchées : je recherche une solution personnelle et un niveau de sécurité pour le patient. Une étude des pathologies sous ce nouveau prisme est le cancer triple négatif. « Avec plus de 60 000 nouveaux cas de cancer en France, Séjour chez George Émile, oncologue au centre François-Baclesse de Caen. Parmi eux, 10 à 15 % de « triple négatif », c’est-à-dire que les cellules tumorales ne sont pas expérimentées avec des récepteurs hormonaux ou des récepteurs HER2 à leur surface. Ou bien ce sont des receveurs qui ont vu en clinique les traitements qu’ils ont déjà dû utiliser en clinique. Par conséquent, les Taux de guérison sont plus doux et les Taux de chute sont plus importants. » Le patient n’est pas en sécurité lorsqu’il est à proximité des patients. Il est nécessaire d’explorer d’autres voyages, villes et personnes.

Mimer les tumeurs

Les Organoïdes Sur ce potentiel. Ces structures cellulaires imitent l’architecture et la fonction d’un organe ou d’une tumeur – en conversation avec la tumeur. « Les cellules tumorales sont par biopsie dans une matrice extracellulaire Avant, j’explorais un environnement culturel et découvrais les maladies tumorales en trois semaines », Curriculum vitae Louis-Bastien Weiswald, chercheur au sein de l’unité Anticipe, à Caen. Bref, la tumeur du patient est partiellement reproductible Ex vivo. Cela permet notamment de tester des traitements. Dans ce domaine, il joue un rôle éducatif international. En 2020, Louis-Bastien Weiswald et son collègue Laurent Poulain, directeur adjoint de l’Unité Anticipe, lancent la création de la Plateforme Organisé