Les chercheurs ont apporté de nouvelles connaissances sur les effets durables de l’infection chronique par le virus de l’hépatite C (VHC) sur le système immunitaire, même après que la maladie a été traitée avec succès. L’équipe de recherche a découvert que des traces de « cicatrices épigénétiques » subsistent dans les cellules T régulatrices et présentent des propriétés inflammatoires persistantes longtemps après que le virus ait été éliminé du corps.



Source