Les ingénieurs biomédicaux ont développé des muscles en laboratoire pour mieux comprendre et tester des traitements pour un groupe de maladies musculaires extrêmement rares appelées dysferlinopathie ou dystrophie musculaire des ceintures 2B (LGMD2B). La recherche a révélé les mécanismes biologiques à l’origine de la maladie et a montré qu’une combinaison de traitements existants pourrait atténuer ses symptômes.



Source