Les médicaments qui tuent sélectivement les cellules sénescentes pourraient bénéficier aux femmes âgées par ailleurs en bonne santé, mais ne constituent pas un « remède universel », ont découvert des chercheurs de la clinique Mayo. Plus précisément, ces médicaments ne pourraient bénéficier qu’aux personnes présentant un nombre élevé de cellules sénescentes, selon les résultats publiés le 2 juillet dans Nature Medicine.



Source