Les neuroscientifiques ont découvert que le cerveau présente une activité neuronale prononcée lorsqu’il ressent des émotions telles que douce-amère. Cette avancée pourrait aider à résoudre un débat scientifique de longue date : si les « émotions mitigées » résultent d’une activité unique dans le cerveau ou si nous oscillons simplement entre des sentiments positifs et négatifs.



Source