Dans une étude récente publiée dans Un de plusLes chercheurs ont examiné les effets comportementaux et pharmacologiques des plantes auto-réparatrices présentes dans l’alimentation des chimpanzés Budongo.

Étude : Enquête pharmacologique et comportementale sur les plantes putatives d'auto-guérison dans le régime alimentaire des chimpanzés Budongo.  Source de l'image : Martin Pelanek/Shutterstock.com
Étude: Étude pharmacologique et comportementale de plantes putatives auto-réparatrices dans l’alimentation des chimpanzés Budongo. Source de l’image : Martin Pelanek/Shutterstock.com

arrière-plan

Les chimpanzés sauvages mangent des plantes pour leur nutrition et leur santé, dont certaines contiennent des toxines bioactives. Les professionnels de la santé utilisent occasionnellement ces plantes pour traiter des maladies. Les chimpanzés ont fait preuve d’automédication thérapeutique en mangeant des feuilles et en mâchant de la pulpe amère, réduisant ainsi l’infection par les nématodes.

Des études in vivo ont montré que les extraits de moelle paralysent de manière permanente les parasites schistosomiques matures. Les chimpanzés et autres primates peuvent également se livrer à des activités médicinales telles que se nourrir d’écorce et mâcher du bois mort.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont examiné les propriétés médicinales des plantes consommées par les chimpanzés sauvages et leurs bienfaits potentiels pour la santé.

Les chercheurs ont surveillé deux communautés de chimpanzés résidentes dans la forêt de Budongo en Ouganda pour échantillonner 17 plantes botaniques qu’elles consommaient et qui avaient des propriétés d’automédication potentielles (par exemple consommation de bois mort, élimination de la moelle et alimentation de l’écorce) ou des occurrences (par exemple charges parasitaires élevées). , blessures) ou analyses d’urine anormales).

Ils ont sélectionné des composants de 13 espèces végétales, dont quatre variétés d’herbes et neuf arbres, pour extraire trois échantillons avec des solvants tels que l’acétate d’éthyle, le méthanol/eau et le n-hexane et les tester pour leurs propriétés anti-inflammatoires et antibactériennes.

Ils ont examiné les propriétés inhibant la croissance des plantes contre des isolats bactériens multirésistants, y compris les souches biologiques ESKAPE. Ils ont également examiné l’effet inhibiteur de la cyclooxygénase-2 (COX-2).

Les chercheurs ont testé l’écorce de huit espèces consommées par les chimpanzés Budongo pour détecter des composés antibactériens et anti-inflammatoires afin d’améliorer leur compréhension de la fonction des activités de consommation d’écorce et de leur importance potentielle dans le maintien de la santé des chimpanzés. Ils ont essayé une combinaison d’écorce et de résine solidifiée sur K. anthotheca, préférée des chimpanzés Budongo.

Les chercheurs ont également examiné la pharmacologie de deux espèces de bois mort (A. boonei et Cleistopholis patens) ingérées par la colonie de chimpanzés de Sonso afin de déterminer si cette habitude servait à plusieurs fins ou conférait des bienfaits pour la santé. Ils ont examiné la bioactivité de 51 extraits de plantes obtenus à partir de 17 échantillons sous-spécifiques (13 espèces) en termes d’inhibition de la croissance bactérienne et d’effets inhibiteurs anti-inflammatoires de la COX-2.

Au cours d’une saison de terrain de quatre mois (de juin à octobre pour 2021 et 2022), les chercheurs ont collecté des données comportementales et sanitaires auprès de deux populations de chimpanzés voisines. Après trois mois de collecte de données, ils ont sélectionné des plantes pour des tests pharmacologiques. Ils ont sélectionné dix échantillons de neuf espèces sur la base d’observations directes effectuées au cours de cette période et cinq espèces sur la base de leur présence historique dans le répertoire mangeur d’écorce des chimpanzés de Sonso. Ils ont testé des échantillons planifiés pour vérifier leur sensibilité antibactérienne, leur inhibition de la croissance et leur réponse à la dose.

Les chercheurs ont enregistré les événements d’alimentation ad libitum pour capturer les habitudes alimentaires uniques, notamment l’ingestion d’écorce, la consommation de bois mort, l’écaillage de la moelle et la géophagie. Ils ont collecté des données individuelles sur la santé des deux populations, notamment des examens opportunistes des selles macroscopiques et microscopiques, la charge parasitaire et des tests d’analyse d’urine.

Résultats

Les chimpanzés sauvages de la forêt de Budongo ont consommé 13 espèces de plantes associées à un comportement putatif d’automédication. Les tests pharmacologiques de ces extraits de plantes ont démontré des propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires, 45 des 53 extraits de plantes (88 %) montrant une inhibition de la croissance ≥ 40 % contre les bactéries à une concentration de 256,0 μg/mL, indiquant de puissantes propriétés médicinales. La plupart (91 %) des extraits actifs ont montré une activité bactéricide à ≤ 256,0 μg/mL.

Le S. guinéenne L’extrait d’écorce de tige s’est révélé le plus efficace contre 11 espèces de bactéries, suivi des feuilles et du bois mort. P. Commanditaires Et A. boonei. Les extraits d’écorce de S. guineense ont montré une inhibition significative contre P. aeruginosa et E. cloacae dans la concentration la plus élevée. E. coli Les souches ont montré la plus grande sensibilité, un ou plusieurs extraits de plantes retardant leur développement. Les souches d’E. coli présentant une résistance élevée aux antibiotiques ont montré une croissance inhibée dans la plupart (80 %) des extraits examinés.

K. anthothèque Les extraits de résine et d’écorce ont fortement inhibé la croissance d’E. faecium et les extraits de n-hexane de A. boonei étaient les plus efficaces contre S. aureus. Les deux extraits ont montré une faible concentration inhibitrice (IC) demi-maximale.50) concentrations de 16,0 µg/ml, indiquant une forte inhibition de leurs souches. S. guinéenne a montré l’effet inhibiteur le plus élevé S. maltophilieavec CI50 Valeurs ≤256 μg/ml contre la bactérie.

Toutes les plantes ont été affectées négativement E. coli Croissance, avec 33 % des 51 extraits montrant une inhibition de l’enzyme COX-2 ≥ 50 % à des concentrations de 5,0 μg/mL. Dans l’ensemble, c’est K. anthothèque Extrait d’eau mentholée de résine et d’écorce et le Fougère Christella parasitica l’extrait était le plus efficace.

Diplôme

Les résultats contribuent au domaine de la zoopharmacologie en fournissant un aperçu des sources d’automédication dans l’alimentation des chimpanzés sauvages et en soulignant la distinction entre automédication préventive et curative. Le régime alimentaire des chimpanzés Budongo contient de puissants composés phytochimiques bioactifs pour traiter les maladies potentielles. Il est essentiel de donner la priorité à la conservation des pharmacies forestières naturelles et des primates qui leur sont associés.

De futures études pourraient évaluer les facteurs écologiques dans le contexte des données climatiques afin de mieux comprendre les effets du changement climatique sur la bioactivité des plantes.



Source