Les scientifiques ont découvert un nouveau mécanisme de développement des cellules immunitaires ILC2 qui pourrait être impliqué dans l’exacerbation des maladies allergiques.

Les cellules lymphoïdes innées du groupe 2 (ILC2) du système immunitaire sont impliquées dans les maladies allergiques. Cependant, aucun traitement contre ILC2 n’est actuellement disponible. Cependant, dans une étude intéressante, les chercheurs ont identifié un nouveau mécanisme de développement d’ILC2. Les chercheurs ont utilisé le séquençage d’ARN unicellulaire pour découvrir des régions régulatrices du génome associées au développement d’ILC2. Ces résultats peuvent aider à développer des stratégies de traitement des maladies allergiques.

La surproduction de cellules lymphoïdes innées du groupe 2, ou ILC2 – un type de globules blancs – peut parfois aggraver des affections telles que l’asthme bronchique, la rhinosinusite chronique, la dermatite atopique et la fibrose d’organes en raison d’une réponse immunitaire exagérée. Bien qu’il existe des médicaments immunomodulateurs capables de supprimer les cellules T auxiliaires de type 2 (Th2), il manque actuellement des médicaments capables de supprimer l’ILC2.

Cependant, des chercheurs dirigés par le professeur agrégé Arifumi Iwata de l’hôpital universitaire de Chiba, au Japon, ont identifié des processus moléculaires essentiels à la maturation de l’ILC2 dans une étude révolutionnaire qui pourrait conduire au développement d’une nouvelle stratégie thérapeutique contre l’ILC2. “« Bien qu’il soit clair que les cellules Th2 et ILC2 jouent un rôle central dans les maladies allergiques, les mécanismes de différenciation Th2 et de développement d’ILC2 in vivo étaient largement inconnus. » dit le Dr. Iwata tout en expliquant les raisons de l’étude. En collaboration avec le Dr. Iwata, Hiroki Furuya, Yosuke Toda et Hiroshi Nakajima, tous de la faculté de médecine de l’université de Chiba, ont participé à cette étude publiée dans Communication naturelle le 5 juillet 2024.

Depuis Étant donné que les maladies allergiques peuvent éclater après l’arrêt des médicaments actuels inhibiteurs des cytokines de type 2, nous avons mené cette étude pour étudier la régulation en amont de la production de cytokines de type 2, c’est-à-dire les problèmes de contrôle des maladies allergiques.” ajoute le Dr Iwata, expliquant davantage les spécificités de son étude.

Tous les globules blancs proviennent de « cellules progénitrices », c’est-à-dire de cellules capables de se différencier en cellules B. Cellules Tet les cellules lymphoïdes innées (ILC), y compris les ILC2. GATA3, une protéine produite par le gène GATA3 chez l’homme, est cruciale pour la bonne conversion des cellules progénitrices en ILC2. Dans cette étude, l’équipe de recherche a découvert que les régions régulatrices du génome se situent entre 500 et 764 kb en aval de Gata3les super-amplificateurs tandem dits GATA3, ou G3SE, sont responsables de l’augmentation des niveaux de GATA3 dans la moelle osseuse, ce qui conduit en outre à la conversion des cellules progénitrices en ILC2.

En utilisant des souris génétiquement modifiées déficientes en G3SE et des méthodes telles que le séquençage d’ARN unicellulaire et la cytométrie en flux, ils ont découvert que le mécanisme d’induction de GATA3 est crucial à un stade avancé de la production d’ILC2. Parce que les souris manquaient de G3SE, les niveaux de GATA3 n’ont pas augmenté suffisamment à ce stade de la maturation des progéniteurs et, par conséquent, les chercheurs ont découvert que les souris déficientes en G3SE avaient des niveaux d’ILC2 significativement faibles.

Nous avons découvert un nouveau stade progéniteur tardif lié à ILC2 au cours de la différenciation d’ILC2. “Nous avons également constaté que l’induction de l’expression de GATA3 par un super-amplificateur GATA3 spécifique d’ILC2 est essentielle pour la différenciation des progéniteurs tardifs liés à ILC2 en ILC2 matures”, dit le Dr. Iwata en parlant des résultats.

Cependant, en comparant les cellules de souris sauvages et celles de souris déficientes en G3SE, les chercheurs ont découvert que l’augmentation de GATA3 induit une différenciation ILC2 via une étape intermédiaire au cours de laquelle les niveaux d’une protéine appelée CNOT6L augmentent. Par conséquent, cibler le gène qui produit cette protéine pourrait réduire les niveaux d’ILC2 dans l’organisme. Ces résultats suggèrent que les thérapies géniques ciblant CNOT6L pourraient aider à prévenir les réponses immunitaires exagérées dues aux ILC2 à l’avenir, contribuant ainsi à traiter toute une série de maladies.

Bien que ces résultats ne puissent pas changer directement la vie des patients, une élucidation plus approfondie du mécanisme de différenciation spécifique à ILC2 et le développement des mécanismes de régulation identifiés dans cette étude pourraient aider à développer de nouvelles thérapies curatives pour les pathologies réfractaires des maladies allergiques.» conclut un Dr. Iwata.

Source:

Référence du magazine :

Furuya, H., et autres. (2024). L’induction GATA3 spécifique à un stade favorise le développement d’ILC2 après l’engagement de la lignée. Communication naturelle. est ce que je.org/10.1038/s41467-024-49881-y.



Source