Pour étudier le microbiote respiratoire des patients atteints de pneumonie bactérienne, le projet Phenomenon se concentre sur l’identification de bactéries ou bactéries Probiotiques Ils ont des problèmes avec l’administration pour améliorer leurs chances de guerre.

Un article paru dans le magazine Inserm n°60

Les progrès dans le traitement de la pneumonie bactérienne, soit environ 500 000 cas par an, ont été complétés à l’hôpital pour un examen médical. L’introduction de nouveaux antibiotiques n’a pas suffi à contrecarrer cette évolution, car les bactéries étaient devenues trop tardives ou résistantes. C’est un paradigme complètement différent que mon père a développé il y a quelque temps pour lutter contre ces infections pulmonaires. Les chercheurs du projet « Phénomène » ont été publiés en 2023 alors que la réponse se trouve au niveau des microbiotiques respiratoires du patient. « Après une longue période, l’enfant était stérile et la pneumonie a conduit à une infection par un agent pathogène isolé.a expliqué Jean-François Timsit, un de ses amants. On sait déjà que notre système respiratoire, colonisé par une communauté de bactéries, est « normal » pour vivre en harmonie et le réguler. Réponse immunitaire de nos voies aériennes. Lorsque je fais face à des infections respiratoires, l’équilibre local est dans l’air. Nous recherchons si nous pouvons comprendre ces troubles qui nécessitent une thérapie efficace. »

Le germe ou l’antibiotique provoque la diffusion d’une ou plusieurs bactéries supplémentaires qui ont un effet positif sur le microbiote pulmonaire ? Votre métabolisme est perturbé ? Le projet vise à explorer ces différentes voies avec deux objectifs principaux : identifier les changements dans la composition ou la fonction des voies respiratoires microbiotiques associés au traitement médical et trouver de nouvelles voies comportementales. « C’est un projet extrêmement ambitieux dans un domaine que l’on peut réalisera commenté Jean-François Timsit. La difficulté est qu’après recherche de sources, les associations statistiques affichées par les trois partis entre l’état du microbiome et l’état du patient n’ont aucun droit fondamental. »

Les bactéries, signes possibles d’infection ?

Dans le cadre du Projet européen HAP2