Les chercheurs ont mené une étude pour quantifier la consommation d’aliments hautement transformés et examiner l’association avec la qualité de l’alimentation chez les enfants et adolescents japonais. Les aliments ultra-transformés (HPF) représentaient plus d’un quart de l’apport énergétique total des jeunes. La consommation était négativement associée à la consommation d’aliments sains tels que les fruits, les légumes et les légumineuses et positivement associée à la consommation de confiseries.



Source