La drosophile – connue sous le nom de mouches des fruits – constitue un modèle précieux pour la physiopathologie du cœur humain, notamment le vieillissement cardiaque et la cardiomyopathie. Cependant, un goulot d’étranglement dans l’évaluation des cœurs de mouches des fruits est la nécessité d’une intervention humaine pour mesurer le cœur aux moments de sa plus grande expansion ou contraction et ainsi calculer la dynamique cardiaque. Les chercheurs montrent maintenant un moyen de réduire considérablement le temps nécessaire à cette analyse tout en utilisant une plus grande partie de la région cardiaque grâce à l’apprentissage profond et à la microscopie vidéo à grande vitesse.



Source