Dans un récent rapport sur la politique mondiale publié par le Commission sur l’économie du système alimentaire, Une équipe multinationale et multidisciplinaire de plus de quarante chercheurs a mené l’étude d’économie alimentaire la plus ambitieuse à ce jour afin d’évaluer les moyens d’améliorer économiquement le système alimentaire. Ils ont mené une analyse coûts-avantages du scénario alimentaire mondial actuel pour estimer les impacts économiques, sociaux et environnementaux d’un changement politique mondial optimisé. Leurs conclusions ont montré que la transformation du système pourrait générer des gains économiques pouvant atteindre 10 000 milliards de dollars par an (1,7 à 12 % de croissance du PIB), alors que les réponses politiques et la mise en œuvre pour répondre à ces transformations étaient rares et coûteraient entre 0,2 et 0,4 % du PIB mondial.

RAPPORT DE POLITIQUE MONDIALE : Les aspects économiques de la transformation du système alimentaire.  Source de l’image : YEINISME / ShutterstockRAPPORT DE POLITIQUE MONDIALE : Les aspects économiques de la transformation du système alimentaire. Source de l’image : YEINISME / Shutterstock

La voie à suivre pour transformer le système alimentaire

Le « système alimentaire » fait référence aux moyens nationaux par lesquels les aliments sont produits, commercialisés et consommés. Elle est inextricablement liée aux aspects politiques, économiques, sociaux, culturels et environnementaux d’une nation. Depuis l’avènement de l’humanité moderne, elle a contribué à stimuler la croissance démographique tout en tentant de lutter contre la malnutrition, la pauvreté et l’espérance de vie.

Malheureusement, les systèmes alimentaires sont rarement optimisés. Compte tenu du nombre croissant de bouches à nourrir, des impacts du réchauffement climatique et de la crise alimentaire mondiale, les récentes tentatives d’adaptation des systèmes alimentaires nationaux ont fait plus de mal que de bien et ont contribué à accroître la faim dans les pays sous-développés et en développement. En revanche, les humains développés souffrent d’obésité. Une fois converties à l’aide de modèles économiques, les pertes écologiques, sociales et environnementales sont estimées à plus de 10 000 milliards de dollars par an, ce qui est supérieur à la contribution de l’ensemble du système alimentaire mondial au PIB.

Il s’agit d’un scénario intenable qui doit être étudié scientifiquement pour l’améliorer afin que le monde ne soit pas piégé dans une boucle de rétroaction aux conséquences catastrophiques croissantes. Cela a conduit à la création de la Food System Economics Commission (FSEC), un consortium privé de scientifiques de diverses nationalités et disciplines universitaires, dont l’objectif est d’identifier les défis liés à la sécurité du système alimentaire et les changements politiques nécessaires pour y répondre.

Le rapport actuel résume plus de quatre années de recherche du FSEC et prend en compte les recettes de plus de 30 publications. Il compare et oppose la voie des tendances actuelles avec la voie de la transformation des systèmes alimentaires. Comme son nom l’indique, le premier fait référence aux résultats futurs si les politiques continuent de fonctionner telles quelles ou si elles se détériorent inévitablement à cause de la boucle de rétroaction mentionnée ci-dessus. En revanche, le chemin de transformation inclut les optimisations du système du FSEC.

« Les conclusions du FSEC sont basées sur une modélisation économique rigoureuse, des analyses documentaires approfondies et des études de cas. Toutes les recherches de base sont disponibles sur foodsystemenomics.org.

Prévisions actuelles du système alimentaire

Le scénario alimentaire mondial actuel est sombre, comme l’a souligné l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui a révélé que rien qu’en 2020, les coûts cachés environnementaux, sanitaires et sociaux des systèmes agricoles et alimentaires s’élevaient à l’équivalent des États-Unis. Les 10 000 milliards de dollars ont été dépassés. Le FSEC a développé un nouveau modèle économique qui traduit les services écologiques, culturels, environnementaux et de santé sous forme monétaire. Leurs conclusions confirment les chiffres économiques de la FAO et préviennent que si l’on maintient le statu quo, plus de 640 millions de personnes (121 millions d’enfants) souffriront de faim et de malnutrition d’ici 2050.

D’autres inconvénients alarmants des tendances actuelles incluent une augmentation de 70 % de la prévalence mondiale de l’obésité d’ici 2050, une augmentation de 2,7°C des températures mondiales résultant directement des émissions de gaz à effet de serre (GES) provenant de l’agriculture d’ici 2099, et la résilience significative de la population a réduit l’impact du système. capacité à réagir à des changements stochastiques.

Les perspectives pour la voie de transformation du système alimentaire sont-elles meilleures ?

En supposant une mise en œuvre efficace des politiques, suivre la voie de transformation du FSEC devrait éliminer complètement la malnutrition d’ici 2050 et sauver environ 174 millions de personnes des décès liés à la famine. Contrairement à la source actuelle de gaz à effet de serre, la transition pourrait transformer le système alimentaire mondial en puits de carbone, empêcher le réchauffement climatique de dépasser 1,4°C (2099) et protéger 1,4 milliard d’hectares de terres. Les bénéfices pour la biodiversité et l’environnement sont incalculables.

L’application de cette voie permettrait en outre de libérer l’excès d’azote du secteur agricole, qui pourrait être purifié et utilisé pour des applications industrielles à une fraction du coût actuel. Cette voie garantirait également la sécurité alimentaire et financière des plus de 400 millions d’agriculteurs supplémentaires nécessaires pour apporter un changement significatif.

Montre-moi les chiffres

Si l’on compare les modèles actuels et de transition, les gains économiques de ces derniers sont sans précédent, les estimations de l’augmentation nette à elles seules devant être supérieures à la contribution totale au PIB des systèmes alimentaires actuels. Cela équivaut à donner l’impression que l’économie nationale est beaucoup plus importante que ce qu’elle représente, les bénéfices étant les plus élevés dans les pays à faible revenu (12 % supérieurs à ceux observés) et dans les pays à revenu intermédiaire (3,4 %) et à faible revenu. 1,7%) sera inférieur.

« En perspective, le total des dommages évités aux pays à revenu élevé grâce à la transformation du système alimentaire dépasserait les pertes cumulées de la crise financière de 2007-2008. »

Combien cela coûtera-t-il ?

Bien que la mise en œuvre des politiques de transformation du système alimentaire soit difficile à réaliser, les coûts d’infrastructure et de mise en œuvre sont nettement inférieurs aux coûts potentiels liés aux politiques. Le FSEC estime que les coûts annuels ne dépasseront pas 0,2 à 0,4 % du PIB d’un pays, soit une fraction des 1,7 à 12 % de gains économiques que prédit cette voie.

« Cette nouvelle analyse met en évidence le besoin urgent d’une transformation du système alimentaire mondial, mais celle-ci sera différente d’un pays à l’autre. Dans d’autres domaines, le changement devrait se concentrer sur l’amélioration de l’accès à ces aliments pour lutter contre la malnutrition. »

Les mesures recommandées incluent une taxation différentielle, dans laquelle les cultures sous-optimales sur les plans économique et environnemental sont taxées plus haut que leurs homologues plus avantageuses. Des investissements dans la recherche agricole et dans les filiales axées sur l’agriculture pourraient contribuer à accélérer ce processus.

Alors, que puis-je faire pour aider ?

Une découverte unique de cette recherche est l’impact profond des régimes alimentaires modifiables sur le climat économique et les résultats environnementaux.

« L’adoption mondiale d’un régime alimentaire à prédominance végétale représente environ 75 % des bénéfices totaux du changement alimentaire sur la santé et l’environnement et contribuerait en moyenne à hauteur de 2 % supplémentaires par an au PIB mondial. Ce qui est important, c’est qu’il y ait une reprise économique dans toutes les catégories de revenus, des pays à faible revenu aux pays à revenu élevé.

Donc, si vous souhaitez contribuer à ce bénéfice net pour l’humanité, réduire la consommation de viande et passer à un régime alimentaire à prédominance végétarienne peut être le meilleur point de départ.



Source