Cette étude est dirigée par les professeurs Junnian Zheng et Ming Shi de l’Institut du cancer de l’Université médicale de Xuzhou, ainsi que par l’équipe des professeurs Guiyun Cui et Wei Zhang de l’hôpital affilié de l’Université médicale de Xuzhou. L’équipe a rapporté pour la première fois l’utilisation du bispécifique BCMA-CD19-CAR Cellules T pour le traitement de la CIDP en rechute/réfractaire.

La polyneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique (PIDC) est une maladie rare caractérisée par des symptômes d’apparition soudaine, notamment des lésions nerveuses qui affectent le mouvement, les sensations, la parole, la respiration et la fréquence cardiaque. Plus de 80 % des personnes développent une faiblesse musculaire, des problèmes de démarche, un manque de réflexes tendineux, des problèmes sensoriels, des problèmes d’équilibre et, dans les cas graves, une paralysie, un rythme cardiaque irrégulier et des difficultés respiratoires. Actuellement, des traitements tels que les glucocorticoïdes, les échanges plasmatiques et les gammaglobulines intraveineuses (IgIV) peuvent aider à soulager les symptômes mais n’éliminent pas complètement la maladie.

Ces dernières années, la thérapie cellulaire T par récepteur d’antigène chimérique (CAR) a connu un succès remarquable efficacité dans les tumeurs hématologiques et dans de nombreuses maladies représentées par le lupus érythémateux disséminé. L’équipe a rapporté l’utilisation de cellules CAR T bispécifiques BCMA-CD19 pour traiter la CIDP en rechute/réfractaire.

Pour traiter la CIDP, la clairance des lymphocytes B a été utilisée en conjonction avec un anticorps anti-CD20. Cependant, CD20 et CD19 se trouvent principalement dans les premiers stades du développement des lymphocytes B et ne se trouvent pas sur les plasmocytes à longue durée de vie. Profitant de la présence de la protéine BCMA dans les plasmablastes et les plasmocytes à vie longue, des chercheurs de l’Université médicale de Xuzhou ont développé des cellules CAR-T bispécifiques qui ciblent à la fois CD19 et BCMA, dans le but d’équilibrer les réponses immunitaires grâce à une éradication transitoire et profonde. cellules et plasmocytes.

Un homme de 44 ans atteint de CIDP en rechute/réfractaire s’est présenté avec un engourdissement et une faiblesse dans les membres distaux. Il a reçu un diagnostic de CIDP distale sans IgG4 selon les lignes directrices CIDP 2021 de la Société européenne de neurologie/Society of Peripheral Neurology. Autoanticorps. L’évaluation et les discussions post-admission ont conduit à son éligibilité à la thérapie CAR-T bispécifique pour les maladies auto-immunes, qu’il a complétée avec succès.

Après la thérapie par cellules CAR T, le patient a réalisé des gains significatifs en termes de capacité fonctionnelle selon les scores d’invalidité INCAT et MRC. Notamment, une récupération presque complète de la force musculaire a été observée 180 jours après l’administration de CAR-T, ce qui était cohérent avec sa capacité à marcher. Au départ, il leur fallait 21 secondes pour courir 10 mètres, mais le 180ème jour, ils l’ont fait en seulement 13 secondes. Les études électrophysiologiques des nerfs médian, cubital, péronier commun et tibial après traitement ont montré une amélioration significative. Après le suivi initial de 180 jours, nous les avons suivis tous les 90 jours pour surveiller d’éventuelles rechutes. Remarquablement, ce patient a pu arrêter tous les immunosuppresseurs pendant plus d’un an sans récidive de la maladie, et la présence d’anticorps GM4 et GD3 a continué à diminuer même après trois mois de thérapie cellulaire CAR-T.

Concernant la sécurité, les patients ont développé de la fièvre (38-39°C) et une augmentation transitoire de l’IL-6 6 à 14 jours après la thérapie cellulaire CAR-T et ont été traités symptomatiquement par de l’acétaminophène. Le patient a développé une hypotension (86-97/35-59 mmHg, grade 2) 1 à 15 jours après la perfusion de cellules CAR-T et s’est rétabli après 2 semaines de repos au lit et beaucoup d’eau. Aucune autre toxicité liée à la thérapie cellulaire CAR T n’a été observée.

Ce cas démontre la viabilité, la bonne tolérance et l’efficacité des cellules CAR T bispécifiques BCMA-CD19 pour le traitement de la CIDP récalcitrante/récurrente. Même sans immunosuppresseurs continus, la rémission est restée, même si les valeurs des lymphocytes B ont de nouveau augmenté. De plus, il a le potentiel d’aider les personnes souffrant de maladies du système nerveux auto-immunes liées aux cellules B, telles que : B. Neuromyélite et myasthénie grave.

Cette étude met en évidence l’évolution des symptômes des patients après le traitement et confirme l’innocuité de la thérapie cellulaire CAR T dans le CID. Un rapport de cas unique, des études plus vastes et un suivi étendu, en préparation, ajouteraient une valeur clinique significative. Il met en évidence le potentiel de la thérapie cellulaire CAR T dans le traitement des maladies auto-immunes récidivantes/réfractaires. Cette stratégie « à double cible » constitue une étape prometteuse vers un traitement potentiellement curable de la CIDP.

Source:

Référence du magazine :

Zhang, W., et coll. (2024). Thérapie bispécifique BCMA-CD19-CAR-T pour la polyneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique réfractaire. hVie. est ce que je.org/10.1016/j.hlife.2024.05.005.



Source