Les scientifiques ont identifié un gène dont l’absence ou la déficience peut provoquer l’obésité, des problèmes de comportement et une dépression postnatale chez les mères. La découverte, rapportée aujourd’hui dans Cell, pourrait avoir des implications plus larges pour le traitement de la dépression postnatale, avec une étude chez la souris suggérant que l’ocytocine pourrait atténuer les symptômes.



Source