Dans une revue récente publiée dans le magazine Nature Reviews Cardiologie, Un groupe d’auteurs a examiné l’hypothèse d’une exposition cumulative aux lipoprotéines de basse densité (LDL) (un type de cholestérol qui peut s’accumuler dans les parois des artères) et ses effets sur la maladie cardiovasculaire athéroscléreuse (ASCVD) (une condition causée par la formation de plaques dans les artères). artères) prévention.

Article de synthèse : L’hypothèse de l’exposition cumulative aux LDL : preuves et applications pratiques.  Crédit photo : Explode / ShutterstockArticle de synthèse : L’hypothèse de l’exposition cumulative aux LDL : preuves et applications pratiques. Crédit photo : Explode / Shutterstock

arrière-plan

L’ASCVD est la principale cause de morbidité et de mortalité dans le monde. Elle est causée par le dépôt progressif de lipoprotéines contenant du cholestérol LDL et d’autres lipoprotéines contenant de l’apolipoprotéine B (APOB) dans la paroi artérielle. À mesure que davantage de particules LDL sont piégées au fil du temps, les plaques d’athérosclérose se développent, augmentant ainsi le risque d’événements ASCVD. L’effet des LDL sur l’ASCVD dépend à la fois de l’étendue et de la durée de l’exposition. Le maintien de faibles niveaux de cholestérol LDL (LDL-C) sur une longue période peut réduire les lipoprotéines athérogènes (lipoprotéines, dont les LDL, qui favorisent la formation de dépôts graisseux dans les artères) dans la paroi artérielle et réduire l’athérosclérose (le processus de formation de plaque formation dans les artères) sont ralenties, ce qui entraîne leur durcissement et leur progression, réduisant ainsi le risque à vie d’événements d’ASCVD. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour affiner l’hypothèse de l’exposition cumulative et développer des stratégies personnalisées pour réduire efficacement les taux de LDL-C afin de prévenir l’ASCVD. La revue met en évidence la nécessité de recherches supplémentaires pour affiner l’hypothèse de l’exposition cumulative et développer des stratégies personnalisées pour abaisser efficacement les niveaux de LDL-C afin de prévenir l’ASCVD.

L’hypothèse de l’exposition cumulative aux LDL

L’hypothèse de l’exposition cumulée suppose que l’ampleur de la charge de plaque accumulée et le risque absolu correspondant d’événements cardiovasculaires sont déterminés par l’exposition cumulée aux LDL. Cette hypothèse est étayée par l’observation selon laquelle les individus ayant une exposition au LDL plus élevée au cours de leur vie ont une charge de plaque dentaire plus importante et un risque plus élevé d’événements cardiovasculaires.

Preuves soutenant l’hypothèse

Plusieurs sources de données soutiennent l’hypothèse de l’exposition cumulative. Des études expérimentales montrent que le nombre de particules de LDL traversant la barrière endothéliale est proportionnel au taux plasmatique de LDL-C. Des études d’autopsie ont mis en évidence des lésions athéroscléreuses précoces chez les adolescents et les jeunes adultes, ce qui suggère que l’élimination des LDL commence tôt dans la vie. Des études d’imagerie non invasives montrent que les plaques athéroscléreuses détectables augmentent avec l’âge, confortant ainsi l’idée selon laquelle l’exposition cumulative aux LDL favorise la croissance des plaques.

Hypothèse d’exposition cumulative aux LDL : applications pratiques

Justification et méthodologie

Le taux plasmatique de LDL-C suit une évolution caractéristique au cours de la vie et augmente régulièrement chez l’homme jusqu’à environ 55 ans, chez la femme jusqu’à 65 ans, puis diminue progressivement. En additionnant les mesures de LDL-C au fil du temps pour calculer l’exposition cumulée, on obtient un biomarqueur qui capture à la fois l’étendue et la durée de l’exposition, aidant ainsi à estimer la charge de plaque accumulée et à évaluer le risque d’ASCVD.

Évaluer le risque

Le seuil cumulatif de LDL auquel les événements ASCVD se produisent peut être comparé aux taux d’événements cardiovasculaires. Chez les hommes présentant des taux moyens de LDL-C, le risque d’ASCVD atteint 1 % après 130 années de plaque et 10 % après 200 années de plaque. Ces seuils sont plus élevés pour les femmes. La revue fournit des graphiques et des données détaillés montrant ces seuils et illustrant l’importance du traitement à vie du LDL-C. Les personnes ayant des taux de LDL-C supérieurs à la moyenne connaissent une progression plus rapide de la plaque dentaire et des événements cardiovasculaires plus précoces, tandis que celles ayant des taux plus faibles connaissent des événements retardés et un risque plus faible.

Autres causes de lésions de la paroi artérielle

Des facteurs tels qu’une pression artérielle systolique élevée (PAS) et le diabète peuvent abaisser le seuil d’exposition cumulée aux LDL auquel se produisent des événements cardiovasculaires. Une PAS élevée et un diabète augmentent respectivement l’élimination des LDL et le remodelage indésirable de l’artère coronaire, entraînant des taux d’événements cardiovasculaires plus élevés avec des expositions cumulées plus faibles aux LDL.

Association entre l’exposition cumulée aux LDL et le calcium de l’artère coronaire (CAC)

L’exposition cumulative aux LDL estime la charge de plaque et le risque d’ASCVD. La mesure du CAC représente une méthode alternative, les valeurs du CAC devenant non nulles après 150 années de plaque d’exposition aux LDL chez les hommes, indiquant une athérosclérose à un stade avancé. Une réduction efficace du LDL-C doit commencer avant que les niveaux de CAC n’augmentent.

Estimer les bénéfices

Une réduction soutenue du LDL-C peut réduire considérablement le risque d’ASCVD. Des études sur les variantes génétiques et des campagnes de santé publique comme celles menées en Finlande soutiennent une réduction précoce et soutenue du LDL-C. Les faibles niveaux de LDL-C et le faible risque d’ASCVD de la population de Tsimané démontrent en outre ces avantages. L’analyse aborde également de nouveaux instruments financiers qui exploitent les capitaux privés pour financer des programmes de prévention en quantifiant l’effet causal des LDL et en fournissant des incitations pour réduire l’exposition cumulée aux LDL et prévenir les événements cardiovasculaires. Des stratégies de prévention personnalisées soutenues par des algorithmes d’apprentissage profond peuvent optimiser la réduction du LDL-C.

Fournir des informations sur les lignes directrices de pratique clinique

Les lignes directrices préconisent de plus en plus de réduire l’exposition cumulée aux LDL pour prévenir les ASCVD et plaident en faveur d’une réduction précoce et soutenue du LDL-C. Cette approche préventive est essentielle pour les pays à revenu faible ou intermédiaire, car elle déplace l’attention du traitement des maladies vers la prévention.

Promouvoir la prévention cardiovasculaire

De nouveaux instruments financiers mobilisant des capitaux privés peuvent financer des programmes de prévention en quantifiant l’effet causal des LDL et en créant des incitations pour réduire l’exposition cumulée aux LDL et prévenir les événements cardiovasculaires.

Directions futures

Apprentissage profond et apprentissage automatique

Les progrès récents en matière d’apprentissage profond et d’apprentissage automatique fournissent des outils prometteurs pour prédire les avantages de la réduction du LDL-C à différentes étapes de la vie. Ces algorithmes peuvent modéliser les effets causals biologiques de l’exposition aux LDL et aider à estimer le moment et l’intensité optimaux des interventions.

Réduction à long terme du LDL-C

Les données probantes issues d’études de randomisation mendéliennes et d’observations réelles suggèrent qu’une réduction modérée du LDL-C initiée plus tôt dans la vie est plus efficace pour réduire le risque d’ASCVD au cours de la vie qu’une réduction agressive plus tard dans la vie. Ce résultat met en évidence l’importance d’une intervention précoce pour obtenir des bénéfices à long terme.

Conclusions

En résumé, l’ASCVD est provoquée par le piégeage progressif de particules de LDL contenant du cholestérol dans la paroi artérielle. La somme des niveaux de LDL-C au fil du temps pour calculer l’exposition cumulée aux LDL crée un biomarqueur permettant d’estimer l’ampleur de la charge de plaque accumulée, de suivre la progression de la plaque et d’estimer le risque d’événements aigus d’ASCVD. La réduction de l’exposition cumulée aux LDL réduit le risque à vie d’ASCVD en ralentissant la progression de l’athérosclérose. Le bénéfice clinique de la réduction des LDL dépend de son étendue, de sa durée et de son timing. La revue suggère que de nouvelles thérapies injectables et des algorithmes avancés d’intelligence artificielle (IA) peuvent personnaliser et optimiser les stratégies de réduction du LDL-C, améliorer la prévention des ASCVD et permettre des conceptions d’essais et des mécanismes de financement innovants.



Source