Les métaphores ne sont pas de simples dispositifs littéraires que les écrivains utilisent pour décorer leurs textes. Il s’agit d’outils linguistiques utilisés dans la vie quotidienne principalement dans le but de mieux comprendre et communiquer la réalité du monde qui nous entoure. Des chercheurs de l’Université Oberta de Catalunya (UOC) ont développé le premier dictionnaire de métaphores de la santé mentale, un référentiel révolutionnaire qui résume et illustre les principales métaphores conceptuelles utilisées en espagnol par les personnes atteintes de maladies mentales graves, principalement la schizophrénie, le trouble bipolaire, la dépression devenue obsessionnelle. désordre compulsif. Le référentiel est basé sur des récits à la première personne de ce que signifie vivre avec un trouble mental spécifique et peut être utilisé par les communicateurs et les professionnels de la santé mentale, les proches des personnes diagnostiquées avec l’une de ces maladies, et même être utile aux personnes atteintes. ces troubles eux-mêmes.

Selon Marta Coll-Florit et Salvador Climent Roca, chercheurs du Groupe de recherche interuniversitaire sur les applications linguistiques (GRIAL) de la Faculté des sciences humaines, qui ont coordonné le développement et la mise en place du référentiel, « il s’agit d’un outil pour accroître la visibilité et la sensibilisation ». la société sur la souffrance des personnes atteintes de maladie mentale. Nous pensons que ce dictionnaire peut nous aider tous à réfléchir à la façon dont nous parlons de santé mentale et à reconnaître le pouvoir de nos mots.

Les métaphores ne sont pas neutres

Le dictionnaire est l’un des résultats du projet MOMENT, dont le but est d’identifier les métaphores utilisées dans le domaine de la santé mentale et les conceptualisations sous-jacentes. Les chercheurs ont déclaré : « Les métaphores que nous utilisons ne sont pas neutres, mais elles ont le pouvoir de mettre en évidence certains aspects de la réalité et potentiellement d’en obscurcir d’autres. Ils révèlent des idées latentes qui n’apparaissent pas explicitement dans notre discours, mais qui pourraient l’être », filtrées à travers un langage figuré. Par exemple, dire « Il faut lutter contre sa maladie » n’est pas la même chose que dire « Il faut vivre avec sa maladie » : la première métaphore met l’accent sur la lutte entre la personne et le trouble. tandis que le second met l’accent sur l’acceptation par la personne de sa situation.

L’une des principales conclusions de la recherche du projet est que ce type de métaphore peut avoir des utilisations positives ou néfastes à la fois dans le discours public et dans le discours des personnes concernées et de ceux qui interagissent avec elles. « Les utilisations utiles sont celles qui transmettent l’autonomisation, le contrôle ou des émotions positives ; dans d’autres cas, ils visent à présenter un problème en séparant les aspects négatifs de la situation dans son ensemble », ont-ils expliqué. Les métaphores qui servent ces objectifs sont appelées « métaphores d’autonomisation » et sont recommandées pour être utilisées « dans le discours public et dans les relations avec les personnes diagnostiquées avec des troubles mentaux ». Les chercheurs ajoutent que « leur utilisation devrait être encouragée par les personnes atteintes de ces troubles elles-mêmes pour éviter une vision péjorative de leur situation ».

Une fenêtre sur les sentiments des personnes atteintes de troubles mentaux

Le dictionnaire est organisé par ordre alphabétique et thématique en trois sections principales : les métaphores de la vie avec un trouble mental, les métaphores de la communication et du contexte social, et les métaphores de la médecine et de la pratique professionnelle. Toutes les métaphores sont regroupées autour de divers concepts clés et accompagnées de multiples exemples. Comme l’expliquent les chercheurs, en systématisant et en illustrant les métaphores utilisées par ces personnes, nous pouvons mieux comprendre ce qu’elles « pensent et vivent réellement ». C’est aussi une façon pour eux de « se sentir plus compris et moins seuls, car ils se rendent compte que leurs sentiments et leurs expériences sont partagés par davantage de personnes ».

Les avantages des blogs et des réseaux sociaux

L’une des principales caractéristiques du référentiel est que toutes les métaphores proviennent de textes publiés en espagnol sur des blogs ou sur X (anciennement Twitter). Ces canaux de communication présentent un avantage important par rapport aux autres médias écrits. « Les propos des auteurs ne sont pas filtrés par un intervieweur externe, mais naissent d’une volonté réelle et spontanée de partager une expérience vécue sur les réseaux sociaux. De plus, les individus peuvent profiter de l’anonymat relatif d’Internet pour révéler des choses dont ils ne discuteraient pas, par exemple, dans le cadre d’une recherche en personne. Pour cette raison, la gamme de métaphores trouvées est beaucoup plus large que dans des études similaires précédentes.

Cette approche s’est avérée utile pour collecter les nombreuses métaphores des archives qui critiquent la profession médicale ou mettent en lumière les souffrances causées par la stigmatisation sociale et la discrimination, et démontrent « comment les patients acquièrent une plus grande empathie et une plus grande compréhension de la part du personnel médical et de la communauté au sens large ». souffrance ». . Dans ce contexte, les chercheurs ont souligné que le dictionnaire peut être utile pour promouvoir un « discours plus respectueux » sur la santé mentale dans les institutions publiques et dans la presse.

Un outil de détection de la psychopathologie

Enfin, le Dictionnaire des métaphores de la santé mentale peut être utilisé comme point de départ pour identifier la psychopathologie. « Savoir quelles métaphores conceptuelles sont les plus couramment utilisées pour exprimer la détresse psychologique pourrait aider les familles ou les proches des personnes touchées à identifier d’éventuels troubles », ont expliqué les chercheurs. Même s’il ne peut pas être utilisé directement comme outil de diagnostic, il pourrait être utilisé pour « déterminer à quel stade du trouble se trouve le patient, en fonction du type de métaphores utilisées, ou pour analyser si la thérapie a réussi ».

Une initiative révolutionnaire

Cette collection de métaphores est la première du genre. Bien qu’il existe un certain nombre de référentiels de métaphores conceptuelles indépendants du domaine et basés sur des textes anglais, il existe très peu de référentiels spécifiques à un domaine dans d’autres langues. En fait, dans une revue, les chercheurs de l’UOC n’ont trouvé que deux référentiels axés sur des domaines spécifiques : la cognition et la santé. « Bien que ces référentiels spécialisés soient potentiellement les plus utiles à la société, ils sont les plus rares », concluent-ils.

Source:

Référence du magazine :

Coll-Florit, M. & Climent, S. (2023). Référentiels de métaphores : le cas du dictionnaire de métaphores de la santé mentale. Bourse numérique en sciences humaines. est ce que je.org/10.1093/llc/fqad058.



Source