Environ 1,6 % des femmes et des filles souffrent de troubles dysphoriques prémenstruels symptomatiques (TDPM), selon une nouvelle revue d’études mondiales.

Les chercheurs dirigés par le Dr. Thomas Reilly de l’Université d’Oxford a examiné des études menées dans le monde entier pour déterminer combien de femmes et de filles répondaient aux critères diagnostiques stricts de cette maladie. Les données suggèrent que cela était le cas pour environ 1,6 %, soit l’équivalent d’environ 31 millions de femmes et de filles dans le monde.

Une proportion plus élevée – 3,2 % – avait des diagnostics provisoires où la maladie est suspectée mais les symptômes n’ont pas été mesurés pendant une période prolongée pour répondre aux critères d’un diagnostic confirmé.
Les résultats ont été publiés dans le Journal of Affective Disorders.

Les symptômes du TDPM comprennent des changements d’humeur (tels que la dépression et l’anxiété), des symptômes physiques (tels que une sensibilité des seins et des douleurs articulaires) et des problèmes cognitifs (difficultés de concentration ou problèmes de mémoire).

Dr. Reilly, boursier de formation en recherche clinique du Medical Research Council (MRC) au Département de psychiatrie de l’Université d’Oxford et consultant à la National Female Hormone Clinic de l’hôpital Maudsley, affirme que la proportion de personnes touchées pourrait être supérieure à 1,6 %.

« Étant donné que les critères de diagnostic sont très stricts, il s’agit probablement d’une sous-estimation de la prévalence au cours de la vie du TDPM, et beaucoup plus de femmes et de filles pourraient ne pas être diagnostiquées. « Néanmoins, les données soulignent qu’il existe encore une minorité significative de femmes atteintes à un moment donné d’un TDPM symptomatique, qui est fortement associé à des idées suicidaires », a-t-il déclaré.

« Il existe très peu de formations sur le PMDD pour les psychiatres ou même les étudiants en médecine. Les patients se retrouvent souvent coincés dans des lacunes dans les soins cliniques, par exemple entre les services de gynécologie et les services psychiatriques. Les connaissances des médecins généralistes sur le PMDD varient également considérablement. En psychiatrie, on se demande rarement si les symptômes d’un patient peuvent être liés à des changements hormonaux.

Nous avons besoin d’une meilleure sensibilisation et d’une meilleure formation des professionnels de la santé sur cette maladie débilitante mais traitable afin que les patients puissent bénéficier d’un traitement et d’un soutien efficaces et fondés sur des données probantes.


Dr. Thomas Reilly, Université d’Oxford

Les chercheurs ont utilisé les données de 50 659 participants dans 44 études menées sur six continents. Ils affirment que les données remettent en question de nombreuses idées préconçues sur la maladie, notamment celle selon laquelle il s’agirait d’une médicalisation de symptômes menstruels « normaux » ou d’un « syndrome culturel occidental ».

Clare Knox, une psychologue organisationnelle qui a co-écrit l’article et qui a elle-même une expérience en PMDD, a déclaré : «Dans un monde où la santé et le bien-être de chaque individu sont importants, on ne peut ignorer qu’environ 31 millions de femmes dans le monde luttent silencieusement contre la dysphorie prémenstruelle, une condition qui affecte profondément leur vie quotidienne.

« Ce chiffre stupéfiant est un signal d’alarme et met en évidence le besoin urgent d’amélioration des diagnostics, de plans de traitement efficaces et de systèmes de soutien solides pour les personnes touchées. Aujourd’hui plus que jamais, il est important que nous investissions dans des stratégies globales de recherche et de santé publique pour traiter et gérer le TDPM afin de garantir que ces millions de femmes affrontent leurs problèmes non pas en secret, mais avec le plein soutien et la compréhension d’une société qui voit leurs problèmes. la santé comme priorité. »

Source:

Référence du magazine :

Reilly, T.J. et autres. (2024). La prévalence du trouble dysphorique prémenstruel : revue systématique et méta-analyse. Journal des troubles affectifs. est ce que je.org/10.1016/j.jad.2024.01.066.



Source